FRAPRU, RAIIQ & RGF-CN pressent la Ville de Québec pour des politiques de logement social

Trois logo : FRAPRU (porte-voix vert avec un immeuble et un arbre) ; RAIIQ (deux ii dans un cercle jaune) ; RFG-CN (cercle orange avec cinq têtes qui tournent dans la même direction).Le FRAPRU, le RAIIQ et le RGF-CN pressent la Ville de Québec d'adopter rapidement des politiques structurantes pour favoriser le logement social

  • création d'une réserve de terrains dédiés au logement social et achat des terrains et des bâtiments ;
  • règlement obligeant tous les projets privés à inclure un pourcentage significatif de logements sociaux.

(Québec, le 22 novembre 2019) - Alors que la Ville de Québec doit présenter incessamment son projet de politique d'habitation, le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), le Regroupement pour l'aide aux itinérants et itinérantes de Québec (RAIIQ) et le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale (RGF-CN) joignent leur voix.  Les regroupements demandent à la Ville d'adopter sans tarder des politiques structurantes pour assurer le développement de logements sociaux, partout où il y a des besoins, notamment dans les secteurs convoités par les promoteurs immobiliers.

 

   Selon les groupes, le taux d'inoccupation qui continue de baisser, notamment dans les quartiers centraux augmente la pression sur les personnes itinérantes et les locataires à faible revenu, notamment les femmes locataires. Selon les plus récentes prévisions de la SCHL le taux d'inoccupation serait maintenant sous la barre du 3 % à Québec et le resterait au moins pour les deux prochaines années.

   Selon les regroupements, la rareté de logements locatifs, en particulier à prix abordable, aggrave sérieusement les problèmes de pauvreté et d'itinérance.  Selon une commande spéciale du FRAPRU effectuée à Statistique Canada, lors du dernier recensement de 2016, 20 015 ménages locataires de Québec avaient déjà des besoins impérieux de logement, considérant qu'ils vivaient dans un logement trop cher, trop petit ou insalubre.  Le revenu médian de ces ménages était de 17 890 $.

   Pour Marie-Ève Duchesne, porte-parole des groupes du FRAPRU à Québec « Non seulement le bas taux d'inoccupation des logements force bien des gens à aller vivre dans un endroit inadéquat, mais il contribue à l'accélération de la hausse du coût des loyers ».

Mme Duchesne rappelle que ces conséquences s'ajoutent à celles de la gentrification et de la spéculation immobilière qui chasse déjà des locataires à faible revenu de leurs quartiers.  La dernière pénurie de logements, dans les années 2000, a d'ailleurs causé une hausse du coût des loyers qui a fait de Québec la région métropolitaine où le loyer moyen est le plus cher au Québec.

   Le RAIIQ croit que la cherté des loyers et la rareté de logements locatifs à prix abordables a un rôle à jouer dans l'augmentation de l'itinérance, visible et cachée, constatée à Québec.  Les membres de l'organisme ont fait état d'un taux d'occupation des ressources d'hébergement de plus de 100 % en 2018.  « La prévention de l'itinérance ce n'est pas juste sortir les gens de la rue et intervenir dans l'urgence », souligne Jimena Michea, coordonnatrice du RAIIQ.  Selon elle, « pour prévenir l'itinérance, ça prend du logement social pour toutes les personnes qui n'arrive pas à joindre les deux bouts ».

   L'explosion des demandes de femmes en situation d'itinérance constatée par le RAIIQ n'étonne pas le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale (RGF-N).  En raison de leurs revenus moindres, les femmes sont encore plus nombreuses à avoir des problèmes de logement, souligne Annie-Pierre Bélanger du RGF-CN.  L'impossibilité d'avoir accès à un logement adéquat engendre des conséquences particulièrement dramatiques pour plusieurs femmes, notamment sur leur sécurité physique et psychologique.  C'est le cas de celles qui font appel aux maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence, souligne Annie-Pierre Bélanger : « Le taux de refus pour manque de place dans les maisons d'hébergement de la capitale a bondi de 77 % entre 2013 et 2017 ».  « Dans plusieurs situations, l'accessibilité ou pas à un logement va influencer la décision des femmes de quitter un conjoint violent.  Ne pas pouvoir quitter leur logement, c'est une attente à leur intégrité ! », dénonce-t-elle.  Pour le RGF-CN, comme pour les autres regroupements, dans le contexte où le loyer coûte de plus en plus cher, le logement social est la seule solution pour les femmes en quête d'un logement sécuritaire qu'elles peuvent se payer. 

   Or, ces logements, qu'ils soient publics, coopératifs ou qu'ils appartiennent à un organisme sans but lucratif sont encore trop rares à Québec selon les organismes.  Bien que les gouvernements supérieurs soient les principaux coupables de l'insuffisance des programmes actuels, la Ville de Québec a aussi un rôle à jouer, notamment dans la mise en place de leur nouvelle politique d'habitation. 

   Les membres du FRAPRU, s'inquiètent pour leur part de la spéculation suscitée par les projets de développement en cours, notamment le réseau de transport structurant qui risque d'accélérer la gentrification des quartiers qu'il traversera, notamment Saint-Sauveur et le Vieux-Limoilou. 

« Il faut dès maintenant prévoir des mesures fortes pour protéger les locataires à faible et modestes revenu » insiste Marie-Ève Duchesne. 

   La première mesure selon les membres du FRAPRU est la création d'une réserve de terrains dédiés au logement social.  « Avant que les rares terrains encore disponibles ne passent tous dans les mains des promoteurs immobiliers, la Ville doit réserver les terrains qui lui appartiennent et qui sont destiné au développement résidentiel à des fins de de logement social plutôt que les vendre à des promoteurs privés.  Ces sites se faisant rares, la Ville doit également acheter des terrains et des bâtiments, comme le fait actuellement Montréal, avant que leur coût ne grimpe en flèche et les rendent inabordables pour les projets de logements sociaux » explique leur porte-parole. 

   Les trois regroupements notent par ailleurs que l'inclusion de logements sociaux dans les nouveaux développements privés ne peut se réaliser si on compte uniquement sur la bonne volonté des promoteurs immobiliers et demandent à la Ville de se doter d'un règlement obligeant tous les projets privés à inclure un pourcentage significatif de logements sociaux.  Enfin, ils invitent la Ville à poursuivre ses pressions auprès des gouvernement supérieurs, comme le maire l'a fait durant la campagne électorale fédérale, afin d'obtenir des investissements plus ambitieux de leur part, autant dans le logement social que dans le soutien communautaire qui permet aux organismes de mieux accompagner les locataires qui en ont besoin. 

--

( Emphase [gras] ajouté par le Média )

Activités en continu

Marché de Noël allemand 2019

Photo de soir : arbres remplis de lumières blanches ; cabanes en bois bien éclairées ; affiche rouge du Marché de Noël allemand   Le 12e Marché de Noël allemand aura lieu jusqu'au 23 décembre 2019 du jeudi au dimanche.  Découvrez les traditions de Noël allemandes avec des spectacles gratuits et des animations extraordinaires pour toute la famille. 

   Avec ses jeux de lumières grandioses, ses kiosques en bois traditionnels et ses animations gratuites pour toute la famille, le Marché de Noël allemand de Québec propose aux gens une expérience unique avec une ambiance festive et chaleureuse. Spectacles extraordinaires, idées cadeaux originales, dégustation de produits allemands et produits du terroir, activités gratuites pour les enfants, musique de Noël et chant choral... 

  • Lieu : Jardins de l'Hôtel-de-Ville : 2 rue des Jardins
  • Jeudi : 11 h à 20 h | Vendredi : 11 h à 21 h
  • Samedi : 11 h à 20 h | Dimanche : 11 h à 18 h.

Programmation »»»

Note du média : exceptionnellement, lors du temps des fêtes (mais aussi l'été), nous publions des marchés publics ayant un aspect communautaire ou aidant les artistes locaux. 

Émissions de radio alternatives à Québec (sept.2019)

Un i avec des ondes arrondies sur son côté gauche et droite. Il s'agit en fait du logo du réseau Indymedia, mais avec un style bleuté et dégradé élégant   Nous vous offrons une grille horaire des émissions qui abordent divers enjeux sur les ondes radios communautaires de CKIA (88,3 FM), CKRL (89,1 FM) et CHYZ (94,3 FM).  Nous souhaitons donner plus de visibilité aux émissions radiophoniques indépendantes ayant un caractère engagé ou même progressiste. »»»

Ateliers grands publics - Métiers d’art pour tous/toutes à Québec

   Située au cœur du dynamique quartier Saint-Roch, la Maison des métiers d'art de Québec offre des ateliers grand public animés par des artisans-créateurs professionnels, dans un contexte de formation favorisant une pédagogie individualisée.  Les locaux de la MMAQ sont vastes et dotés d'équipements spécialisés. 

Plus de 30 ateliers, dont céramique, sculpture, textile, dessin, etc. !

  • Les inscriptions pour la session Hiver 2020 sont maintenant possibles.. 
  • Les inscriptions se font en ligne (lien ci-dessus) | Les ateliers durent entre 6 et 30 heures et le coût varie entre 98 et 265 $, que vous pouvez payer en deux versements. Toutes les inscriptions se font en ligne (ne pas confondre avec paiement) dans l'article de l'atelier sur le site de la MMAQ.

Savoir.tv - Tant de choses à découvrir gratuitement

    Un grand nombre de vidéos de qualité, sur divers sujets sont à votre disposition gratuitement sur le site savoir.tv.  Les sujets sont variés : divers enjeux démocratiques, environnement, histoire, l'inclusion des personnes différentes, santé, sciences en tout genre, solidarité et coopération internationales, etc.

Le Savoir.TV est un organisme sans but lucratif dédiée à la diffusion et à la vulgarisation des connaissances et de témoigner de l'effervescence des milieux de création du savoir.

Logo de l'émission Planète Terre : un globe terrestre sur un fond de nuages cosmiques bleu vaporeux. Les continents sont blancs. Recommandé par le CESIQ.

Ateliers et services gratuits dans Vanier et Duberger (45ans+)

Logo : dessin d'un phare maritime.   À tous les mois, pour les personnes de 45 ans et plus, il y a plusieurs ateliers/rencontres sur divers thèmes organisés par la Fraternité de Vanier, ainsi que des services utiles dont notamment des repas chauds à domicile (! 5.5 $) et un transport pour vos rendez-vous médicaux (il faut contribuer au coût de l'essence seulement) !

Exemples de thèmes des rencontres : les Neurones grises à la Bibliothèque Duberger, la cuisine, les émotions et le rire, etc.

Site ou appelez 418-683-2400 / fraternitedevanier /arobas/ videotron.ca

SPOT : clinique itinérante

Logo: le O et le T ont un rond, comme une tête de personnages. Clinique communautaire de santé et d'enseignement.   SPOT est une clinique à l'intention des personnes marginalisées et de celles en situation de vulnérabilité sociosanitaire, non rejointes par l'offre de soins et services.  Il y a aussi un point de services au YWCA Québec dédié à la santé des femmes (incluant trans et queer) depuis 2019.  En plus d'offrir des soins et services adaptés, permettra de former, dans un contexte de collaboration interdisciplinaire, une relève professionnelle sensibilisée aux enjeux sociaux et aux besoins de santé de cette clientèle. 

   Elle est le fruit d'une grande collaboration des intervenant-es de terrain, universitaires, étudiant-es et des services de santé de la Capitale.

 www.cliniquespot.org ou 418-803-3398

 

Comité CPU3S : un lieu d'entraide et de partage des expériences qui organise des sorties pour tous/toutes. Contact - Simon Vermette : pairaidant /arobas/ cliniquespot.org

Comité SPOT UL (université Laval) : voir leurs activités sur Facebook

Expositions ...

Pour les expositions et les activités artistiques,
nous recommandons l'agenda offert par la Ville de Québec
et le média Quoi faire à Quebec

Voir aussi notre section Médias alternatifs.