Regroupement vigilance hydrocarbures Québec dénonce la dérive autoritaire et s'engage sur la voie de la résistance pacifique

Dessin infographique : du pétrole a coulé d'un baril noir et forme les continents de la Terre.(Québec, le 8 décembre 2016) – Consterné d'apprendre que le gouvernement Couillard a l'intention d'imposer le bâillon pour faire adopter son projet de loi no 106 ce vendredi 9 décembre, y compris le projet de loi sur les hydrocarbures qui en constitue le chapitre IV, le Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ) —qui fédère plus de 130 comités de toutes les régions du Québec— dénonce la dérive autoritaire qui sous-tend cette tactique et s'engage à mettre en place un programme de préparation à la résistance pacifique, tel que décidé par ses membres réunis en assemblée générale le 27 novembre dernier.  « Le gouvernement Couillard peut bâillonner l'Assemblée nationale mais il ne peut pas bâillonner la population », a déclaré Carole Dupuis, coordonnatrice générale et porte-parole du RVHQ.

Le programme de préparation à la résistance pacifique permettra aux groupes citoyens qui s'en prévaudront de planifier toutes les formes possibles d'action non violente pour barrer le passage aux foreuses qui s'aventureraient sur leur territoire dans l'intention d'y rechercher ou d'y extraire du pétrole ou du gaz.  Chaque groupe du RVHQ est souverain et pourra opter pour cette approche si ses membres en décident ainsi.

Spira offre des vidéos aux organismes communautaires [archives]

Photo : deux hommes, un tenant une caméra vidéo, assiste une personne plus âgée dans la préparation de ses gestes pour le vidéo. Équipement d'éclairage autour.C'est avec grand plaisir que Spira invite les organismes à vocation communautaire de la grande région de Québec et Chaudière-Appalaches à déposer leur projet vidéo.

La date limite pour proposer
votre organisme ou projet était le 19 décembre 2016.

Le projet ?  Via du financement spécifique obtenu du Conseil des arts et des lettres du Québec, Spira offrira gratuitement à un organisme à vocation communautaire ayant un budget limité, la possibilité de réaliser un projet vidéo en lien avec sa mission.

Bibliothèque d'outils à Québec (La Patente)

Après avoir réalisé une étude de marché pour un projet de bibliothèque d'outils, La Patente lance sa campagne de sociofinancement via le site la Ruche afin d'en assurer la réalisation.

Ce projet permettra de s'abonner à prix modique à une bibliothèque dans laquelle différents outils et objets pourront être empruntés sans frais.  La campagne de sociofinancement vise ainsi à élargir la gamme d'objets disponibles en incorporant aux traditionnelles perceuses, scies et autres outils, des ensembles à fondue, raclette, souffleuses à neige et équipements dormants 80 % du temps dans nos placards.

La campagne était active jusqu'au 23 29 décembre 2016

AÉCG/CETA - Déclaration de 455 organisations (Europe & Canada)

Bannière Internet : 455 groupes de la société civile d'Europe et du Canada demandent aux parlementaires - DÉFENDEZ NOS DROITS, VOTEZ CONTRE LA CETA !
Déc. 2016 : AÉCG a été signé par les négociateurs d'État, mais n'a pas été adopté par les parlements en soi.

Déclaration traduite sur le site du réseau international des Amis de la Terre
L'originale en anglais avec la liste des signataires

Nous, soussignées, organisations de la société civile d'Europe et du Canada, tenons à exprimer ici notre profonde inquiétude par rapport à l'Accord économique et commercial global (AÉCG / CETA) entre l'Union européenne et le Canada.

Tout au long des négociations et de la phase de vérification juridique du texte, nous avons dénoncé à maintes reprises les graves problèmes que pose le texte de l'accord.  Nous avons fait des propositions concrètes qui cherchaient à démocratiser nos politiques commerciales et à les rendre plus transparentes, tout en les recentrant sur la protection de l'environnement et la défense des droits humains fondamentaux.  Mais comme en fait foi le texte de l'AÉCG / CETA tel que signé en octobre 2016, nos inquiétudes sont restées lettre morte et c'est pourquoi nous nous opposons résolument à sa ratification.

Un nombre croissant de citoyennes et citoyens des deux côtés de l'Atlantique partagent nos objections.  Un chiffre record de 3 millions et demi de personnes à travers l'Europe ont signé une pétition contre l'AÉCG / CETA et son jumeau, l'accord de Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TAFTA / TTIP) entre l'Union européenne et les États-Unis. [1]

Plus de 2 100 gouvernements locaux et régionaux se sont déclarés zones hors-TAFTA / hors-CETA. [2]

Protégez la liberté d'expression des organismes - Réforme demandée au fédéral

Affichette carrée sur fond gris : bulle de paroles noire « Protégez notre libertés d'expression ! ».  Bulle de paroles jaune : « Dites au gouvernement fédéral qu'une nouvelle loi est nécessaire pour préserver la voix des citoyen.nes grâce aux organismes de bienfaisance. D'ici le 25 novembre 2016.Mise en contexte (Média reseauforum.org) : depuis plusieurs décennies maintenant, les organisations de bienfaisance qui recevaient des subventions fédérales canadiennes avaient l'obligation d'utiliser 90 % de leurs ressources pour des « activités de bienfaisance » (charity en anglais), c'est-à-dire que seulement 10 % de leurs ressources (argent, employés, propriétés) peuvent servir à des « activités politiques ».  Il est parfois aussi question de « communications sociales » dites social activities en anglais.  C'est la loi en théorie, car dans la pratique cette norme fort interprétable n'est pas applicable ni appliquée, surtout que bon nombre des organismes ont comme mission première de faire de la sensibilisation et de dénoncer des politiques.  La notion que les organismes devaient faire essentiellement de la charité était plutôt une vision réduite inspirée de certaines cultures plus conservatrices.  D'ailleurs, le gouvernement conservateur de Harper s'était mis à appliquer cette norme pour couper le financement d'organismes critiques et progressistes. Bon nombre d'organismes de solidarité internationale au Québec ont été frappés de coupures idéologiques sous HarperDes organismes à travers le Canada et le Québec demandent au gouvernement Trudeau de moderniser la loi et de retirer cette norme irréaliste et discriminatoire.

Ces lois sont inéquitables

« À l'heure actuelle, les entreprises peuvent dépenser librement pour faire du lobbying, de la publicité, ou pour toute autre activité politique [plusieurs entreprises reçoivent aussi des subventions et des crédits].  Elles peuvent déduire 100 % de ces dépenses de leurs revenus.  En revanche, les organismes de bienfaisance [...] sont très restreints dans la forme et la quantité de travail qu'ils peuvent faire en politique publique. Il est temps d'uniformiser les règles du jeu [...]»

« Ici, on désinvestit »: la grève des groupes communautaires à Québec

Photo de bas en haut de la rue Sainte-Claire.  Non loin de l'entrée du bâtiment où est le ComPop, une affiche sur fond jaune avec le dessin comique d'un homme se serrant la ceinture à excès. Ici, on désinvestit. 40 millions.

(À Québec, 7 novembre 2016) - Trois groupes du quartier Saint-Jean-Baptiste qui participeront cette semaine au mouvement de grève du communautaire ont décidé d'afficher leurs revendications aujourd'hui.  De grands panneaux sur lesquels est inscrit « ici, on désinvestit » ont été posés lundi à proximité des locaux des organismes.

Logo de la campagne : trois petits bonshommes allumettes tiennent une grand porte-voix rouge sur lequel il est écrit : communautaire.  Engagez-vous pour le ... Autonomie - Reconnaissance - Financement.Sur le sentier de la grève

Résultats: enquête sur l'accessibilité sociale au transport en commun à Québec

Affichette : photo de l'intérieur d'un autobus du RTC. Pour ceux et celles qui rêvent de prendre l'autobus ! - CAPMOLe CAPMO (Carrefour d'animation et de participation à un monde ouvert) a mené, de 2012 à 2016, sa propre enquête sur l'accessibilité sociale du transport en commun sur le territoire du Réseau de transport de la Capitale (RTC, donc à Québec).

Pour la fin de cette enquête, nous avons réalisé un total de treize présentations nous permettant de remplir une centaine de questionnaires. [...]  Nous avons organisé des rencontres plus formelles dans des locaux d'organismes communautaires, mais nous avons aussi rejoint des personnes lors de distributions alimentaire, d'une soupe populaire et à l'occasion de rencontres dans des salles communautaires de logements sociaux.  Notre but était de rencontrer des personnes provenant de divers groupes sociaux (personnes immigrantes, groupes de femmes, personnes assistées sociales) et vivant des situations de vie ou problématiques variées (alphabétisation, insertion sociale, santé mentale, sécurité alimentaire, etc.).

Le rapport est disponible en ligne document Adobe PDF
( aussi accessible ici sur le site du Collectif pour un Québec sans pauvreté )

Quelques informations en bref ...

Combattons la pauvreté! - Revendications à Québec pour le 17 octobre (journée mondiale)

Photo du devant de la manif sur la rue Saint-Jean embarquant sur Honoré-Mercier. Deux bannières au devant : une verte « Combattons la pauvreté  ! Non au projet de loi 70 et pour un salaire minimum à 15$/h » et une blanche « Il nous faut plus que ça »... dessin d'une peanut, suivi des logos de centrales syndicales.

Manifestation régionale : Combattons la pauvreté  !  Non au projet de loi 70 et pour un salaire minimum à 15$/h

(À Québec, 17 octobre 2016) – À l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté (historique), des centaines de personnes ont manifesté en début de soirée pour réclamer au gouvernement libéral qu'il fasse de la lutte contre la pauvreté une priorité. Les manifestant-e-s ont marché sur la rue St-Jean jusqu'à la place d'Youville en scandant des slogans tels que « Les coupures à l'aide sociale, honte au Parti libéral ! » et « À bas les emplois précaires, pour tout le monde un vrai salaire ! ».

   Les manifestant-e-s réclament l'augmentation immédiate du salaire minimum à 15$/h et l'abandon du controversé projet de de loi 70 visant à imposer des conditions obligatoires à remplir pour les personnes prestataires d'aide sociale.

Le BAPE sonne l'alarme concernant la mine d'or à ciel ouvert à Malartic

Capture-écran d'une carte de style « photo vue de l'espace » mais où les fosses et zones sont marquées en couleur. La fosse tout près de la ville ressemble à un grand lac.(Québec, 14 août 2016) - La Coalition Québec meilleure mine accueille favorablement le rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) document Adobe PDF rendu public hier concernant le projet d'agrandissement de la mine d'or Canadian Malartic—la plus grande mine à ciel ouvert au Canada située en milieu habité.

En résumé :

  • Le projet d'agrandissement est acceptable seulement si
    « des modifications substantielles sont apportées au préalable ;
  • Le BAPE recommande notamment ...
    • que le gouvernement modifie rapidement les lois et les règlements afin de prévoir des zones tampons entre les mines à ciel ouvert et les populations ;
    • que des pénalités sévères soient appliquées afin d'avoir un réel effet dissuasif ;
    • qu'une juste « valeur de remplacement » soit offerte aux citoyens/citoyennes afin qu'ils puissent se relocaliser ailleurs à Malartic ou dans la MRC sans s'appauvrir ou s'endetter...

La plateforme infos.media intègre le Média reseauforum.org

infos.media - Intégrateur de médias indépendants. Sur fond de lumières de ville très floues.Belle surprise positive aujourd'hui ! - La plateforme www.infos.media —qui intègre les articles de plusieurs médias alternatifs québécois et canadiens— a inclus le Média reseauforum.org !  Certains articles et communiqués, sélectionnés par l'éditeur du média, sont dès lors relayés sur infos.media.

Cette plateforme est conçue par le collectif Médias Libres (GRIP-UQAM).  Ce collectif a participé, par exemple, au Forum mondial des médias libres lors du FSM 2016 à Montréal.

Avenir du Centre Durocher: des miettes pour le quartier Saint-Sauveur

Photo de l'entrée principale de l'actuel Centre Durocher : ressemble à une tour un peu romaine ou italienne, sauf au bas où les portes sont métalliques modernes..« L'espace de bibliothèque réservé dans le projet de la Ville est de 90 m2. Cela doit correspondre à la taille de la toilette de la bibliothèque Gabrielle-Roy. On rit de nous autres, cela ne correspond aucunement à nos besoins ! Dans le quartier Saint-Sauveur on est 16000, c'est 2 fois plus que le quartier Saint-Roch ou Saint-Jean-Baptiste » a déclaré Éric Martin, animateur-coordonnateur au CCCQSS.

(Québec, le 03 octobre 2016) - Le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur réagit à l'annonce de la Ville de Québec concernant le Centre Durocher. 

Des groupes communautaires en furie après s'être vu interdire de manifester par le SPVQ

( Québec, 30 septembre 2016 ) - Trois regroupements représentant des centaines d'organismes communautaires de la région sont en furie contre le Service de police de la Ville de Québec après s'être vu interdire de manifester dans la rue. Les trois regroupements tenaient ce matin une manifestation dans le Vieux-Port de Québec pour demander un réinvestissement dans les organismes d'action communautaire autonome, les services publics et les programmes sociaux.

« Le règlement de la Ville de Québec a été respecté à la lettre, l'itinéraire a été remis avant le début de la manifestation etpourtant le SPVQ nous interdit de circuler sur la voie publique, c'est absolument révoltant », a déclaré Vicky Brazeau du Regroupement des organismes communautaires de la région 03 (ROC 03).

Campagne d'Halloween 2016 - Aide internationale à l'enfance (L'AMIE)

Photo de la boîte de collecte qui a la forme d'un sympathique autobus jaune avec des enfants aux fenêtres. Logo de L'AMIE : petit garcon et petite fille allumettes se tenant par la main, souriant. Depuis 1969.Campagne d'Halloween 2016 – Soyons solidaires avec les écoles primaires du Sud

Aide internationale à l'enfance (L'AMIE) invite les écoles primaires à se mobiliser le 31 octobre 2016 et poser un geste de solidarité : réaliser une collecte de dollars au profit d'une école partenaire de L'AMIE dans un pays en développement. Depuis les dernières années, ce sont plus de 6 000 élèves québécois qui se sont mobilisés et ont amassé plus de 20 000 $ pour permettre à d'autres élèves du Sud d'étudier dans de meilleures conditions.  Les réalisations ont été nombreuses : fabrication de bancs scolaires, réparation du toit d'une école, achat de nourriture pour la cantine scolaire, achat de matériel scolaire, etc.

Amasser des dollars pour une école dans un pays en développement est une excellente occasion de sensibiliser les jeunes à la solidarité internationale et aux enjeux mondiaux de notre société.

Pour plus d'information ou pour obtenir des petites banques pour votre école ou votre
classe, communiquez avec nous au 418-653-2409 ou amie /arobas/ amie.ca

Droit de parole - coupures drastiques aux journaux communautaires

Des nouvelles de Droit de paroleBannière pour le site de Droit de parole, journal communautaire de Québec - www.droitdeparole.org À découvrir et lire. Dessin du dessus d'un porte-voix (cône) crachant un éclair. Sur la droite, photos des couvertures de trois éditions récentes du journal.

Coupes annoncées à Droit de parole, les voilà cette fois-ci mises en application : le journal verra sa subvention d'environ 35 000 $ par année provenant du Ministère de la culture et des communications réduite à 25 000 $ en moyenne dès septembre prochain et cela pendant les trois prochaines années, puis ramenée — selon les normes en vigueur appliquées désormais à tous les journaux communautaires — à un maigre 15 000 $ par année à partir de 2020.  Pourtant, signe des temps, au même moment Droit de parole recevait une subvention de 14 000 $ pour améliorer et mettre à jour son site internet.  On le voit, comme tous les médias écrits, Droit de parole se voit placé devant de nouveaux défis liés à d'importants changements technologiques, sociaux et politiques; défis qui pourraient à terme mettre en cause son existence même.

Lire la suite »»»

Par Pierre Mouterde, juin 2016

Pages