L’austérité, il n’y a que les riches qui en profitent -Pierre Mouterde

Page couverture : photo d'une petite foule devant le Centre médical St-Vallier. Bannière : Pour des soins de santé proches des gens. Plusieurs manchettes trop petites à lire sur l'image.

Pierre Mouterde, journal Droit de parole, édition janvier 2015

Rappelez-vous, c'était en juin dernier [2014], lors du dépôt du premier budget du gouvernement Couillard, le ministre des finances Carlos Leitao, et le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, nous avaient, sans rencontrer grande opposition, installés dans la nasse du déficit zéro en 3 ans (« il y a un déficit structurel, le moment est venu de prendre des décisions difficiles », et patati et patata).  Une nasse fabriquée de toute pièce, reposant sur des prémisses éminemment contestables, mais aux effets passablement désastreux.

8 mois plus tard, on commence à en prendre toute la mesure, tant la liste est déjà longue :

  • cure de minceur obligée pour l'ensemble de l'appareil d'État
     avec gel de l'embauche (-2,7 milliards en 2014);
  • fin du principe de l'universalité et du tarif unique dans les CPE dès 2015;
  • réforme sans négociation du régime de retraite
     des employés municipaux dont ils font les frais (loi 3)
  • centralisation et hiérarchisation autoritaire des services de santé;
  • réduction du nombre des commissions scolaires, suppressions de postes;
  • nouvelles coupures dans les cegeps et universités ;
  • détournement des fonds de la Caisse de dépôt 
     pour pallier les manques de l'investissement public gouvernemental;
  • coupures dans les programmes d'aide sociale aux plus démunis ;
  • déclaration de guerre contre les 540 000 employés de la fonction publique
     à qui l'on promet: gel de salaires, hausse de l'âge à la retraite, etc.,
  • tous ça sans même parler des politiques pétrolières indiscriminées... 

La stratégie du choc - À qui profite le crime ?

La stratégie du choc

On le voit, c'est à une attaque en règle à laquelle on a affaire; à une attaque sans précédent qui, si elle soulève chaque fois dans le secteur concerné de fortes oppositions, n'a pas encore fait l'objet si ce n'est de la grande manifestation de fin novembre, de réactions concertées et généralisées.

Il faut dire qu'on se trouve confronté à une véritable « stratégie du choc », stratégie dont on sait, pour reprendre les analyses de Naomi Klein, qu'elle a déjà été maintes fois utilisée ailleurs et qu'elle vise par l'ampleur, comme par la rapidité des réformes imposées, à tétaniser ses opposants potentiels, en somme à annihiler toute résistance d'ensemble digne de ce nom.

Mais le symptomatique est sans doute ailleurs. À y regarder de près, ce qui est troublant dans cette vague de réformes, c'est qu'en mettant ainsi la hache dans les dépenses gouvernementales, elle tend à jeter les bases d'un nouveau modèle de société, en tous points contraire à ce qui s'était laborieusement constitué au Québec depuis la Révolution tranquille. Un modèle qui a déjà failli dans de nombreux autres pays.

Cette fois-ci, ce qu'on veut, foi de Martin Coiteux, l'idéologue néolibéral, c'est en finir à tout jamais avec l'État providence ou interventionniste, avec « les préjugés favorables aux femmes et aux travailleurs », avec les tentatives d'humaniser ou de réformer le capital.  Ce qu'ils veulent, c'est revenir dare-dare aux seules lois du marché, à un « capitalisme pur » sans régulation aucune, là où seuls comptent les intérêts sonnants et trébuchants des marchés financiers, « les eaux glacées du calcul égoïste ».

À qui profite le crime ?

Mais pourquoi, pour qui, se demande-t-on ?  La réponse est facile à trouver, il suffit de regarder à qui ces politiques font mal et à qui elles profitent, en somme à qui profite le crime. Peu importe le terme utilisé.  Qu'il s'agisse de « classes moyennes », de « salariés », ou de « travailleures », ce sont eux qui, à l'évidence, écopent et font les frais de ces politiques. Alors qu'il aurait été si facile, pour combler une bonne partie du déficit, d'aller chercher de nouveaux revenus, notamment en taxant le capital ou les plus fortunés (grandes pharmaceutiques, minières, banques, etc.).

Or c'est ce qu'on oublie de rappeler et que les données colligées par le Crédit suisse et publiées récemment par Oxfam mettent bien en lumière à propos des effets de la régulation néolibérale : jamais les riches n'ont été aussi riches, et qui plus est, le sont chaque fois plus. Ainsi, alors que le 1 % des individus les plus fortunés au monde possède déjà en 2015, 48 % du patrimoine mondial*, ce 1 % en possèdera, si la tendance se maintient, 50 % en 2016. Et cela, pendant que les ¾ de l'humanité les moins riches se partagent quant à eux, 5,5 % de la richesse totale produite.

Pas de doute là-dessus, l'austérité néolibérale si vous voulez en comprendre le sens, c'est d'abord comme ça qu'il faut la voir : il n'y a que les riches qui en profitent !

__

* Addendum du Média reseauforum.org : c'est pire semble-t-il. Les 85 individus les plus riches de la planète possèdent autant que les 3,5 milliards de personnes les plus pauvres. Oxfam a largué cette conclusion atomique à la veille de l'ouverture du Forum économique mondial de Davos, dans un rapport publié le 20 janvier 2014.

Activités en continu

Ateliers et services gratuits dans Vanier et Duberger (45ans+)

Logo : dessin d'un phare maritime.À tous les mois, pour les personnes de 45 ans et plus, il y a plusieurs ateliers/rencontres sur divers thèmes organisés par la Fraternité de Vanier, ainsi que des services utiles dont notamment des repas chauds à domicile (! 5.5 $) et un transport pour vos rendez-vous médicaux (il faut contribuer au coût de l'essence seulement) !

Exemples de thèmes des rencontres : les Neurones grises à la Bibliothèque Duberger, la cuisine, les émotions et le rire, etc.

Site ou appelez 418-683-2400 / fraternitedevanier /arobas/ videotron.ca

Les Merveilleuses têtes heureuses

Logo: quatre masques de théâtre forment un cercle avec des triangles courbés jaunes et bleus. Masques triste, souriant, perplexe et un sans yeux.Créé en 2008, la Troupe École de Théâtre Les Merveilleuses Têtes Heureuses est un organisme communautaire à but non lucratif non subventionné, géré, entre autres, par et pour des personnes vivant ou ayant vécu un trouble mental dans une perspective de gestion participative et dans une vision d'appropriation du pouvoir d'agir.  Elle a pour mission de sensibiliser la population, mais également de promouvoir l'art dramatique comme outil d'intervention sociale en créant un milieu propice à la création et à l'émencipation. Dans le cadre du programme « Services de formation à l'intégration sociale », en partenariat avec le Centre Louis-Jolliet de la Commission scolaire de la Capitale et de l'Alliance des Groupes d'Intervention pour le Rétablissement en santé mentale (AGIR), la troupe en plus de sa programmation régulière travaille en partenariat avec les organismes intéressés par ses services. À travers le théâtre, les participant.es développent des habiletés personnelles et sociales qui facilitent leur rétablissement en société.
Activités et horaires 2017-2018 document Adobe PDF
Voir aussi la Page Facebook

Les ateliers sont ouverts à tous/toutes. 
Les ateliers débutent le 18 septembre 2017, mais vous pouvez rejoindre le groupe plus tard.

Information - Inscription : 418-525-6187 poste 225
435 rue Du Roi, Québec, QC G1K 2X1 | Site

Émissions de radio alternatives à Québec

Automne: mise à jour d'octobre 2017 !  Les émissions de CKIA (88,3 FM) ont été intégrées. Il peut manquer pour le moment certaines émissions d'intérêt public de CKRL (89,1 FM) et CHYZ (94,3 FM).

Il s'agit d'émissions sur les ondes radios communautaires de CKIA (88,3 FM), CKRl (89,1 FM) et CHYZ (94,3 FM).  Nous souhaitons donner plus de la visibilité à des émissions radiophoniques indépendantes ayant un caractère engagé ou même progressiste. »»»

SPOT : clinique itinérante

Logo: le O et le T ont un rond, comme une tête de personnages. Clinique communautaire de santé et d'enseignement.SPOT est une clinique à l'intention des personnes marginalisées et de celles en situation de vulnérabilité sociosanitaire, non rejointes par l'offre de soins et services, qui en plus d'offrir des soins et services adaptés, permettra de former, dans un contexte de collaboration interdisciplinaire, une relève professionnelle sensibilisée aux enjeux sociaux et aux besoins de santé de cette clientèle.

Elle est le fruit d'une grande collaboration des intervenant-es de terrain, universitaires, étudiant-es et des services de santé de la Capitale.

 www.cliniquespot.org ou 418-803-3398

 

Comité CPU3S : un lieu d'entraide et de partage des expériences qui organise des sorties pour tous/toutes.  Prochaine rencontre : mardi 8 novembre, à 11 h,
salle 106 à PECH-Sherpa (130 boul. Charest Est).
Contact - Simon Vermette : pairaidant /arobas/ cliniquespot.org

Expositions ...

Pour les expositions et les activités artistiques,
nous recommandons le média Quoi faire à Quebec

Ou voir notre section sur les autres médias alternatifs.