Répression au Honduras: le monde réclame justice pour l’assassinat de Berta Cáceres

Photo d'une murale, soit une peinture colorée. Description de la peinture : à gauche, une jeune femme autochtone tient bien haut une affiche « Berta Caceres volvera y sera millions ». Au mlieu, un lac bleu, des fleurs et un oiseau. À droite, portrait de Berta souriante, avec ses cheveux noirs au vent.Le 2 mars 2016, la leader autochtone Berta Cáceres, défenseure des droits du peuple Lenca au Honduras, récipiendaire du prix Goldman en 2015 (lien inclut trois vidéos), a brutalement été assassinée alors qu'elle bénéficiait de mesures de protection de la police nationale en raison des menaces constantes à son égard.  En réponse à l'appel de la famille Cáceres et du Conseil civique d'organisations populaires et autochtones du Honduras (COPINH) et dans le cadre d'une centaine d'actions coordonnées au niveau international, une vigile de commémoration a eu lieu à Montréal (2 mars 2017) devant le consulat du Honduras pour rappeler à l'État hondurien que nous n'oublions pas Berta, sa pensée, sa lutte et que nous continuons à exiger justice.

Berta Cáceres n'a pas été la seule victime de la répression brutale contre les leaders des mouvements sociaux au Honduras. 

« Depuis le coup d'État de juin 2009, les personnes qui dénoncent des injustices et des violations des droits au Honduras font face à des risques en hausse et des menaces constantes », rapporte Félix Molina, journaliste hondurien ayant couvert le travail de Berta Cáceres et du peuple Lenca et qui a survécu à deux tentatives d'assassinat l'an dernier.  Molina, récipiendaire du prix Chavkin pour sa longue trajectoire comme journaliste, s'est déplacée à Montréal et a participé à la vigile.

Affichette pour le rapport de Global Witness, janvier 2017 : sur fond d'une photo d'une jeune homme autochtone latino au torse nu, devant une forêt verte foncée. Honduras : the deadliest country in the world for environmental activism. More than 120 people have been killed since 2010 for standing up  to companies that grab land and trash the environment.Un rapport publié en janvier 2017 par Global Witness souligne que le Honduras, avec plus de 120 activistes écologistes assassinés depuis 2009, serait à présent le pays où les environnementalistes subissent le plus de menaces au monde.  Le 15 mars 2016, deux semaines après l'assassinat de Berta Cáceres, Nelson Garcia, un autre dirigeant du COPINH, était assassiné et en octobre 2016, une tentative d'assassinat est survenue contre le coordonnateur général du COPINH, Tomás Gómez Membreño, et un leader communautaire.

Un an après l'assassinat, de nombreuses irrégularités subsistent dans l'enquête sur l'assassinat de Berta et la tentative d'assassinat de l'activiste mexicain Gustavo Castro, ayant survécu à l'attaque.  Huit personnes ont été arrêtées à ce jour, parmi lesquels des militaires, des militaires retraités et des employés de l'entreprise DESA, responsable du projet hydroélectrique Agua Zarca réalisé sur le territoire du peuple Lenca sans son consentement.  La famille de Berta Cáceres, le COPINH et Gustavo Castro, dénoncent le manque de transparence et l'apparente manipulation de l'enquête par les autorités gouvernementales.

Dans ce contexte, plusieurs organisations de la société civile canadienne ont diffusé une déclaration de solidarité avec le COPINH dans laquelle elles dénoncent l'appui technique et financier du Canada au Ministère public du Honduras, soulignant que cet appui a pour effet de légitimer le contexte d'impunité et de contribuer à ce que des violations des droits humains continuent d'être perpétrées au pays.  Au moins deux hauts fonctionnaires du Ministère Public ont des liens avec l'approbation du projet Agua Zarca.

« Au cœur du problème de l'impunité au Honduras se trouve non pas un problème de capacité technique, mais bien un problème politique.  Le maintien de l'appui du Canada renforce le soutien politique à une institution qui n'a pas la volonté d'éclaircir les véritables motifs derrière ces assassinats », affirme Karen Spring, du Honduras Solidarity Network (Réseau de solidarité avec le Honduras à Tegucigalpa).

Rappelons que le Canada a montré un appui sans remise en cause aux administrations de l'après-coup suite aux élections de novembre 2009, largement qualifiées de frauduleuses au Honduras et à l'international.  Marie-Ève Marleau du Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL) souligne...

L'accord de libre-échange entre le Canada et le Honduras, ratifié en 2014, est un levier de plus pour les investisseurs étrangers dans un contexte de conflits déjà fortement asymétriques et répressifs.  De fait, les investissements canadiens sont nombreux au Honduras dans les mines, l'énergie, les télécommunications et le tourisme, et leur présence a été directement liée dans certains cas à des abus et des menaces contre les défenseurs et défenseures des droits.

En cette année électorale au Honduras, des groupes et réseaux à travers la planète se mobilisent pour dénoncer l'impunité et l'appui d'institutions financières et de gouvernements étrangers.  Aux États-Unis, des personnes élues ont présenté en juin dernier le projet de loi Berta Caceres Human Rights Act, qui vise à mettre un terme au financement octroyé par les États-Unis aux forces armées et policières du Honduras et à des mégaprojets de « développement » bafouant les droits humains. Le projet de loi sera présenté de nouveau au Congrès américain en mars 2017.

__

Source à la base de cet article (légèrement édité) :
- Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)
- Mines Alerte Canada / MiningWatch Canada

Voir aussi :

Mises à jour

Action en ligne: prend quelques secondes sur une «situation similaire»

COLOMBIE : Le samedi 4 mars 2017, plus de 200 paramilitaires en uniforme de camouflage ont fait incursion dans une communauté afro-descendante à Alto Baudó (Chocó‎).  Les paramilitaires ont tirés sur la population présente. Les habitant.es ont fui. Seulement cinq des 28 familles de la communauté ont réussi à atteindre le village Pie de Pato. On ignore où se trouvent les autres membres de la communauté, parmi lesquels plusieurs enfants et personnes âgées.

Prière de signer cette lettre en ligne —cela prend seulement un moment—
demandant aux institutions de l'État de protéger et aider les gens.

Voici des articles du *7 mars* si vous doutez que c'est encore d'actualité...

Activités en continu

Place L'Éphémère de Saint-Roch: activités tout l'été

Logo sur fond verte pomme : l'apostrophoe et les accents du nom L'Éphémère sont colorés.  Grandes lettres blanches et minces. Active et ouverte
jusqu'au 16 août 2017

L'Éphémère, la place publique incontournable en plein cœur du quartier Saint-Roch !  Un lieu de rencontres et d'échanges qui rassemblera des gens de différents horizons...

Voici la programmation du 17 au 28 juillet 2017

Une grille horaire du 17 au 28 juillet. Voir le contact au bas de l'annonce : Mélanie Pelletier est là pour répondre à vos questions.

L'organisme PECH, avec la collaboration des organismes du quartier St-Roch, y offrira une programmation riche, diversifiée et gratuites pour tous/toutes pendant les huit semaines d'ouverture de L'Éphémère.  Les visiteur.es auront accès à des ateliers artistiques et culturels, de jardinage, des activités sportives et axées sur le bien-être et la santé.  Des événements à caractère festifs s'ajouteront.  S'ajouteront la diffusion de films en plein air et l'accès wi-fi gratuit.

Info - Mélanie Pelletier : 418-523-2820 / melanie.pelletier /arobas/ infopech.org

SPOT : clinique itinérante

Logo: le O et le T ont un rond, comme une tête de personnages. Clinique communautaire de santé et d'enseignement.SPOT est une clinique à l'intention des personnes marginalisées et de celles en situation de vulnérabilité sociosanitaire, non rejointes par l'offre de soins et services, qui en plus d'offrir des soins et services adaptés, permettra de former, dans un contexte de collaboration interdisciplinaire, une relève professionnelle sensibilisée aux enjeux sociaux et aux besoins de santé de cette clientèle.

Elle est le fruit d'une grande collaboration des intervenant-es de terrain, universitaires, étudiant-es et des services de santé de la Capitale.

 www.cliniquespot.org ou 418-803-3398

Les Merveilleuses têtes heureuses

Logo: quatre masques de théâtre forment un cercle avec des triangles courbés jaunes et bleus. Masques triste, souriant, perplexe et un sans yeux.Les Merveilleuses Têtes Heureuses

Créé en 2008, la Troupe École de Théâtre Les Merveilleuses Têtes Heureuses est un organisme communautaire à but non lucratif non subventionné, géré, entre autres, par et pour des personnes vivant ou ayant vécu un trouble mental dans une perspective de gestion participative et dans une vision d'appropriation du pouvoir d'agir.  Elle a pour mission de sensibiliser la population, mais également de promouvoir l'art dramatique comme outil d'intervention sociale en créant un milieu propice à la création et à l'émencipation. Dans le cadre du programme « Services de formation à l'intégration sociale », en partenariat avec le Centre Louis-Jolliet de la Commission scolaire de la Capitale et de l'Alliance des Groupes d'Intervention pour le Rétablissement en santé mentale (AGIR), la troupe en plus de sa programmation régulière travaille en partenariat avec les organismes intéressés par ses services. À travers le théâtre, les participant.es développent des habiletés personnelles et sociales qui facilitent leur rétablissement en société.

Les ateliers sont ouverts à tous/toutes. 
Les ateliers débutent le 12 septembre 2016, mais vous pouvez rejoindre le groupe plus tard.

Information - Inscription : 418-525-6187 Poste 225
435 rue Du Roi, Québec, QC G1K 2X1

Expositions ...

Pour les expositions et les activités artistiques,
nous recommandons le média Quoi faire à Quebec

Ou voir notre section sur les autres médias alternatifs.