Poussière rouge: L'Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec quitte le Comité de vigilance des activités portuaires

Photo : petite montagne de fer, comme du sable brun-rouge. Source: Arrimage Québec, via Quebec Hebdo.

« Il y a maintenant plus de trois ans, nous alertions les autorités afin de rapporter qu’une fine poussière rouge venait de recouvrir notre quartier.  Je ne pourrai jamais oublier l’expression de la technicienne du Service de l'environnement lorsqu’elle m'a dit candide : "Ce que vous avez là madame c'est le Port, y’a pas à chercher. Tout le monde le sait que c'est le plus gros pollueur de la région, mais personne n'osera jamais s'opposer au Port de Québec".  Nous ne savions pas à l’époque que cette situation était non seulement connue, mais qu’elle durait depuis 40 ans.»

Nos réalités sont définitivement irréconciliables et nous arrivons aux constats suivants :
• Pour toutes sortes de raisons, il n'y a actuellement aucune volonté politique, et donc des autorités, de forcer par la contrainte le port à adopter ces mesures comme condition essentielle au réel développement d'une relation ville-port harmonieuse.

• Bien qu'elles aimeraient voir un règlement, la principale motivation des autorités et de certains organismes est d'abord de protéger leur institution, de ne pas s'exposer, même si ça implique des entorses à la vérité, qu'elles soient le produit d'affirmations ou plus souvent du silence.

• Bien qu'elle soit connue, simple et accessible, il n'y a aucune volonté du Port de Québec de s'engager librement dans la seule voie qui permettrait de régler le problème de façon permanente, soit la mise sous couvert intégrale pour le transbordement [...].

Lettre complète document Adobe PDF

- Véronique Lalande, porte-parole de l'Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec

( photo : Arrimage Québec, via le média Québec Hebdo, 2012 )

Mettre les gens à la rue de façon «convenable» (projet de loi 70)

Mettre les gens à la rue de façon « convenable »
Sam Hamad coupe encore dans l'aide sociale

Bannière web : photo du ministre, avec un fouet, entouré de dessins de petits bonhommes (femmes/hommes). Un X rouge sur les mots PROJET DE LOI 70.Extraits :
La semaine dernière, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale déposait le projet de loi 70 qui obligera entre autres les personnes qui tombent à l'aide sociale à passer par le nouveau programme obligatoire « Objectif emploi ».  Comble de l'ironie, le ministre assure que les personnes auront accès à des emplois « convenables ».  S'il y a manquement aux démarches, elles subiront des pénalités pouvant atteindre la moitié d'une prestation, qui passerait alors de 616 $ à 308 $ par mois.  « Personne ne peut dire qu'il ne sera jamais sur l'aide sociale. On ne peut pas le prévoir. En s'attaquant à l'aide sociale, Sam Hamad s'attaque à tout le monde », soutient Roxane Blanchet, de l'ADDS Rive-Sud.
— (...) le ministre joue la carte des préjugés. Il dit cibler les jeunes en santé qui ne veulent pas travailler (...) Le ministre omet de dire que ce sont ces mêmes jeunes qui sortent le plus rapidement de l'aide sociale (...) Le ministre affirme qu'il vise les personnes dites « aptes au travail » (...) Selon les chiffres du ministère, moins de 9 % de ces sont réellement aptes au travail ! (1)
— « (...) Quand on saigne la population et qu'on en jette carrément une partie à la rue et que, de l'autre côté, on offre un milliard de dollars à de riches entreprises, qu'on réduit les impôts des grandes entreprises et qu'on augmente le salaire des députés, les gens ont raison de se révolter. (...) La pauvreté occasionnée par ce projet de loi nous coûtera bien plus cher

Anticosti: Nature Québec demande un BAPE avant tout forage

Photo d'un flanc de colline bordé de sapins, au bord d'une rivière peu profonde. Beau ciel bleu. On discerne un pêcheur.Nature Québec demande que le gouvernement mandate le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) pour réaliser un examen du projet avant d'autoriser tout forage avec fracturation hydraulique sur Anticosti. L'organisme réagit à l'annonce de la compagnie Pétrolia de réaliser trois forages avec fracturation sur Anticosti dès l'été 2016.

« En tant qu'actionnaire de Pétrolia et d'hydrocarbures Anticosti, le gouvernement du Québec se retrouve ici dans une situation de juge et partie, ce qui n'est pas sain. Pour rassurer le public et faire en sorte de prendre la meilleure décision possible dans l'intérêt de tous, il se doit de mandater le BAPE pour faire un examen indépendant du projet de fracturation de Pétrolia »,
a déclaré Christian Simard de Nature Québec.

Jeunes voix engagées (prix à gagner) - revue Relations

Jeunes voix engagés - grandes lettres foncées, de tailles discordantes. Tiré du vidéo.Concours d'écriture « Jeunes voix engagées »

  • trois bourses de 500 $ à gagner
  • trois textes publiés dans Relations
  • Condition : 18-30 ans et inscrit.es à des études universitaires
  • Participez ! Envoyez-nous votre texte d'ici le 6 janvier 2016.

La revue Relations célébrera son 75e anniversaire en 2016 et invite les étudiant.es universitaires à participer à un concours d'écriture pour partager leur analyse de la société actuelle et s'exprimer sur des enjeux et projets qui les interpellent.

Tous les détails ici »»»

Droit de manifester: la Cour supérieure du Québec déclare inconstitutionnel l'article 500.1

Première page du jugement: COUR SUPÉRIEURE - 12 nov. 2015 -L'honorable Guy Cournoyer - Gabriella Garbeau versus la Ville de Montréal. Participation de la Ligue des droits et libertés et du Procureure du Québec. No. 500-36-007212-148.12 novembre 2015 - Nouvelle importante concernant le droit de manifester

Le juge de la Cour supérieure du Québec, Guy Cournoyer, a déclaré inconstitutionnel aujourd'hui l'article 500.1 du Code de la sécurité routière.
- Disponible en ligne sur le site officiel des tribunaux du Québec

La Cour suspend toutefois cette déclaration d'inconstitutionnalité pour une période de six mois pour permettre au Procureur général du Québec d'apporter des corrections à cette loi afin de la rendre constitutionnelle.

Selon une source juridique professionnelle, « la décision du juge Cournoyer peut être portée en appel par la Ville de Montréal et par le Procureur général du Québec, et ce, dans les 30 jours suivants.  S'il n'y a pas d'appel, le Procureur général du Québec devra apporter des correctifs dans le délai de 6 mois à cette disposition sinon les autorités ne pourront plus l'utiliser pour arrêter des individus.»
[ mise à jour: aucun appel n'est fait. C'est confirmé. Voir la notice sous l'article.]

Conclusions : L'article 500.1 enfreint les libertés d'expression et de réunion pacifique protégés par les chartes québécoise et canadienne.  Cette limitation n'est pas justifiée dans le cadre d'une société libre et démocratique (...).  L'article 500.1 doit être déclaré invalide. (...)  Selon le Tribunal, la déclaration doit viser l'ensemble de l'article (...).
  [489] (...) selon la preuve présentée devant le juge d'instance, les corps policiers sont souvent en mesure de gérer adéquatement la tenue de manifestations dont ils ne connaissent pas le trajet.

Voir aussi : L'article 500.1 du Code de sécurité routière est invalidé: une victoire pour le droit de manifester!
- Ligue des droits et libertés du Québec, 12 nov. 2015.

Grève communautaire: renouveler sans indexation, ça ne passe pas

GRÈVE DU COMMUNAUTAIRE :
Renouveler nos protocoles sans indexation, ça ne passe pas !

Les groupes membres du RÉPAC sont actuellement en consultation au sujet de 3 nouvelles journées de grève.  Le regroupement considère que si le gouvernement veut calmer le jeu, il doit annoncer immédiatement un réinvestissement dans tous les secteurs de l'action communautaire autonome.

(Québec, 9 novembre 2015) - Le Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12) accueille avec beaucoup de retenue l'annonce du ministre Hamad quant au renouvellement des protocoles d'entente des groupes de défense de droits.

Une victoire amère

Le véritable Jour du Souvenir ...

Une petite Irakienne pleure après la mort de ses parents, tués par des soldats américains à la suite d'un contrôle s'étant mal déroulé, en 2005 à Tall Afar. - Photo par le regretté Chris Hondros.Le Jour du Souvenir, sincèrement, nous devrions interdire la parole au politique (tout ce qui représente les partis ou qui sert le politique) et donner la parole plutôt aux gens qui ont vu et subi la guerre dont les vétérans.  Écouter ces gens est le seul véritable Jour du Souvenir.

Justement, la chanteuse PJ Harvey s'est inspirée des textes/poèmes de vétérans et a produit un album qui a touché beaucoup de gens.  Le réputé photographe Seamus Murphy a produit un vidéo pour chaque chanson de l'album Let England Shake. Ces vidéos permettent donc d'écouter gratuitement (légalement) ce superbe album qui représente bien le Jour du Souvenir.

www.pjharvey.net/film3.html

- Michaël Lessard du Média reseauforum.org

#JourDuSouvenir #JamaisPlus #NeverAgain #LestWeForget #coquelicot #poppy #guerres #vétérans

Photo bien réelle : une petite Irakienne pleure après la mort de ses parents, tués par des soldats américains à la suite d'un contrôle, en 2005 à Tall Afar. - Photo par le regretté Chris Hondros.

Portail de l'alimentation de proximité de Québec

Logo simple : les mots Manger Local Québec, en grandes lettres de style un peu western.Portail de l'alimentation de proximité
dans la Communauté métropolitaine de Québec

Issu d'un projet de l'Université Laval, ce portail est destiné aux habitants de la région métropolitaine de Québec. Que vous résidiez ou travailliez au centre-ville, en banlieue ou à la campagne, vous y trouverez des manières de vous procurer des aliments locaux, à proximité des endroits que vous fréquentez. Consultez la carte, ou faites une recherche par municipalité ou code postal. Vous souhaitez faire connaître une initiative qui n'apparaît pas sur la carte ? Il suffit de nous le faire savoir !

www.mangerlocalquebec.info

Au moins 5900 étudiant.es de l'Université Laval rejoignent la grève des secteurs publics et communautaires

Affichette : dessin de petits personnages simples formant le devant d'une manifestation avec des bannières Travailleurs Travailleuses Étudiants Étudiantes. - Nous savons que nous ne sommes pas seuls/seules. Le 5 novembre, prenons la rue !Au moins 5900 étudiant.es de l'Université Laval seront en grève le 5 novembre 2015

(Québec, 2 novembre 2015) – De nombreuses associations de l'Université Laval se joignent au mouvement de grève qui touche le secteur public et les organismes communautaires. Elles veulent ainsi donner leur appui aux travailleuses et travailleurs qui négocient présentement leur convention collective et aux organismes qui demandent, entre autres, un meilleur financement.

Les associations étudiantes se mobilisent aussi pour dénoncer les compressions dans les universités. Comme le souligne Jean-François Perrier, président de l'Association des chercheures et chercheurs étudiant∙e∙s en philosophie (ACEP): « Puisque les mesures austères du gouvernement touchent toute la société, c'est une vaste lutte commune qui s'organise ».

En grève contre l'austérité

En solidarité avec près de 1300 organismes communautaires en grève les 2 et 3 novembre 2015, de nombreuses associations étudiantes de l'Université Laval sont en grève durant l'une ou l'autre de ces journées. Ainsi, 997 étudiantes et étudiants ont été en grève le lundi 2 novembre et au moins 5800 en grève le mardi 3 novembre 2015. D'autres associations tiendront des assemblées générales en début de semaine.

Pour demander un réinvestissement massif dans les services publics, plusieurs associations étudiantes de l'Université Laval ont répondu à l'appel de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) et seront en grève le jeudi 5 novembre. Ainsi, au moins 5900 étudiantes et étudiants de l'Université Laval seront en grève le 5 novembre. Des autobus partiront de l'université pour se rendre à la grande manifestation nationale de l'ASSÉ à Montréal.

Grève du communautaire: occupation des bureaux politiques et bancaires [vidéo]

Copie-écran du début du vidéo : bannière Amies de la Terre en grève. On voit surtout trois des manifestantes, dans un bureau vitré..Reportage du journal Le Soleil du 2 novembre 2015

Le Soleil a aussi produit un vidéo, disponible dans l'article en ligne, où le porte-parole de groupes communautaires de Québec exprime très bien les motivations.

Rappelons que des groupes à travers le Québec ont fait grève les 2 et 3 novembre et ont tenu diverses actions locales.  L'appel était mené par leurs campagnes Les droits, ça se défend et Je soutiens le communautaire.

Extrait : « Ils ne pourront pas dire qu'ils n'ont pas reçu nos lettres cette fois-là ...»  Le «ils», prononcé par Vania Wright-Larin, porte-parole du Regroupement d'éducation populaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC), fait référence aux député-es libéraux de la région de Québec, dont les bureaux ont été pris d'assaut lundi midi par les grévistes issus du milieu communautaire.  Six des sept bureaux de députés libéraux ont ainsi été occupés, soit ceux de François Blais (Charlesbourg), de Sam Hamad (Louis-Hébert), d'André Drolet (Jean-Lesage), de Caroline Simard (Charlevoix-Côte-de-Beaupré), de Raymond Bernier (Montmorency) et de Sébastien Proulx (Jean-Talon). Celui de Patrick Huot (Vanier-Les Rivières) devait également être occupé, mais les manifestants se sont heurtés à des portes closes. Lire la suite »»»

Occupation aussi d'une banque le 3 novembre 2015

Communiqué du 3 novembre 2015 - Des manifestant-e-s des groupes communautaires de la région ont brièvement occupé le hall de l'édifice de la Banque Nationale.  Ils et elles voulaient ainsi attirer l'attention du gouvernement sur les profits records engrangés par les institutions financières alors que les organismes communautaires et les services publics sont mis à mal par les mesures d'austérité.

En 2014, les grandes banques canadiennes ont enregistrés des profits de 33,3 milliards, mais pourtant elles sont les entreprises les moins imposées. Le gouvernement doit impérativement augmenter leur contribution afin de financer adéquatement nos services publics.

Gaspillage de fonds publics donnés à l'industrie minière - Une enquête publique s'impose

Photo vue de haut : vue impressionnante, aérienne, d'une mine à ciel ouvert énorme et profonde, mais entourée d'une ville sablonneuse, qui semble abandonnée. C'est en Russie.27 octobre 2015 - La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine réclame d'urgence une enquête publique pour faire la lumière sur le gaspillage de fonds publics, l'évasion fiscale, l'influence des lobbyistes et le phénomène des portes tournantes dans le secteur minier.

Cesser de se rendre complice de l'évitement fiscal des minières

Depuis quelques années, Investissement Québec et sa filiale Ressources Québec (RQ) ont octroyé du financement public à plusieurs projets miniers dont la rentabilité était mise en doute ou ne rencontrant pas l'acceptabilité sociale ou environnementale, selon la Coalition. RQ a aussi promis 12 millions pour la mine Dumont de Royal Nickel, un projet qui a reçu du financement d'une compagnie-écran installée aux Bermudes, un paradis fiscal notoire, dans le but avoué de payer moins d'impôt.

« Alors que le taux de redevances de l'industrie est le plus bas au Canada, il est inacceptable que le gouvernement se rende complice de manœuvres d'évitement fiscal pour permettre aux compagnies de payer encore moins d'impôt » affirme Dominique Bernier, coordonnatrice de la Coalition.

Aide sociale: «Je veux rectifier mes propos» - Éric Boulay de Lauberivière

Publiée dans Le Soleil le 15 octobre 2015
Lettre ouverte de Éric Boulay, directeur général de la Maison Lauberivière à Québec

En réaction au texte Les propos de Lauberivière doivent être rectifiés
publié par un regroupement d'organismes de Québec, publié le 9 octobre 2015.

Le 28 septembre dernier, à l'émission Bouchard en parle, j'ai tenu des propos qui ont choqué des gens. Aujourd'hui, je veux rectifier mes propos.

Je veux d'abord rappeler que je ne suis pas opposé à l'augmentation du montant des chèques d'aide sociale.  Selon moi, cette somme est insuffisante, et plusieurs personnes ont peine à survivre dans cette extrême pauvreté.  Dans les propos exprimés le 28 septembre dernier, je me prononçais sur les gens qui frappent à notre porte, et non sur l'ensemble des personnes bénéficiant de cette mesure.  Je corrige mes propos en soulignant que pour certaines personnes qu'on accueille, il faut plus que de l'argent.  Il leur faut de l'aide et de l'accompagnement.

Les mots que j'ai choisis pour exprimer cette idée manquaient de nuance et de raffinement, et je m'en excuse. Je ne travaille pas contre les groupes. Lauberivière fait partie d'un regroupement qui fait un excellent travail. Je connais aussi certains groupes qui, eux aussi, font un remarquable travail. Nos missions sont différentes, mais complémentaires.

Il y a maintenant plus de 20 ans que je travaille corps et âme à essayer d'aider les gens qui souffrent. Je ne le fais pas toujours parfaitement, mais c'est ce que je fais de mieux.

À l'avenir, je ferai plus attention à mes propos pour le plus grand respect des personnes en situation de précarité, et je vais me garder de rentrer dans un débat qui n'est pas le mien.

- Éric Boulay, directeur général de la Maison Lauberivière, Québec

Cri d'alarme des centres d'éducation populaire: le ministre leur demande de «prouver leur viabilité économique»

Dans deux semaines le Carrefour d'éducation populaire et les cinq autres centres d'éducation populaire de Montréal devront déposer un plan d'affaires pour prouver leur viabilité économique, sans quoi le gouvernement du Québec pourrait nous fermer. Cette situation est inacceptable, les organismes communautaires autonomes ne sont pas des entreprises privées. L'éducation est une responsabilité du gouvernement.

La rentabilité sociale des CEP n'est plus à prouver. Nous demandons au ministère de l'Éducation de se responsabiliser en conservant la propriété publique des bâtiments et en renouvelant le financement à la mission qui leur a été retiré.

Nous vous invitons à aller signer la lettre d'appui sur le site web de
la campagne « 30 jours pour sauver les CEP »
Merci de votre appui !

Plus de 200 personnes bloquent l'accès au Ministère du travail, de l'emploi et de la solidarité sociale

Photo : devant le ministère, sur le Québec on voit le drapeau du Québec, une foule de gens se tiennent en ligne unie avec des bannières, dont la plus lisible dit: Un meilleur financement des groupes en défense collective des droits.

( Communiqué, Québec 30 sept. 2015. Voir aussi: Revue de presse )

Plus de 200 personnes représentant des organismes d'action communautaire autonome et de défense collective des droits ont bloqué l'accès au Ministère du travail, de l'emploi et de la solidarité sociale [NDLR: de 6 h 45 à 9 h l'avant-midi, le tout suivi d'une manifestation en haute-ville]. Inquiets pour leur avenir et excédés par le sous financement chronique, les manifestantes et manifestants demandent au gouvernement du Québec d'engager rapidement un rehaussement de leur financement, de reconnaître leur entière autonomie et de mettre fin à ses mesures d'austérité.

Après les pétitions, les rassemblements, les marches et face à un gouvernement qui les ignore, les organismes communautaires ont décidé de hausser le ton et d'augmenter la pression. Le 30 septembre, on bloque! se veut une étape dans l'escalade des moyens de pression, une façon de construire le momentum vers la grève du communautaire des 2 et 3 novembre 2015.

Pages